Changement

J’ai involontairement délaissé le blogue depuis plus d’un mois, faute de temps et d’accès Internet. Mais voici rapidement ce qui s’est passé dans nos vies depuis la dernière fois :

–          J’ai lu de nombreux livres agricoles dont je n’ai PAS fait le résumé ici. (Animal, Vetegable, Miracle par Barbara Kingsolver – Plaidoyer pour l’arbre par Francis Hallé et The Soil and Health : a study of organic agriculture par Sir Albert Howard)

–          Je me suis achetée une nouvelle caméra avec l’argent économisé depuis que j’ai arrêté de fumer.

–          Marko et moi sommes officiellement inscrits à nos cours respectifs de production animale et production horticole pour l’automne prochain.

–          Nous avons déménagé et sommes maintenant bien installés à Saint-Canut, Mirabel.

–          Nous avons perdu puis retrouvé M.Tash.

–          Nous avons obtenu  un espace de jardin communautaire à Saint-Jérôme et avons commencé à préparer notre petit jardin à la maison.

–          J’ai finalement terminé mon bac en relations internationales et droit international.

–          Nous sommes maintenant ouvriers dans des serres de plantes aquatiques à Saint-Hermas. 24 mai - 1er juin (139)

Getting started!

L’hiver ne semblait jamais finir mais à l’intérieur nous nous activons depuis plus de deux semaines à préparer notre été. Nous avons construit notre table de travail avec d’anciens 2×4 et autres bouts de bois et y avons installé nos lampes sous lesquelles se retrouvent maintenant nos semis. À ce jour nous avons planté poivrons, piments, tomates et aubergines.

C’est excitant de faire pousser des plantes et de sembler en contrôle de ce que je fait, pour une fois. À date, j’ai un taux de réussite de 100% supérieur à mes premières tentatives d’avoir un jardin. Il faut croire qu’il faut de la pratique, j’imagine. Mais je réalise maintenant l’utilité pratique  des livres que j’ai lu tout l’hiver. J’adore aussi enfin manipuler la terre et les graines, voir les plantules émerger du sol. Ces semences sont devenus des petits êtres dont je m’occupe tous les jours, pour lesquelles je dois me lever plus tôt pour les réveiller et les arroser et dois m’assurer de ne pas rentrer trop tard pour éteindre leur soleil.

J’ai aussi très hâte de pouvoir les laisser à la merci des éléments, dans un vrai jardin, avec tous les désavantages qui n’existent pas en milieu aussi contrôlé.

??????????????????????????????????????????????????????????????OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bibliothèque agricole

Kristin Kimball, « The Dirty Life: on Farming, Food, and Love », Scribner, New York, 2010, 276p.

« As much as you transform the land by farming, farming transforms you. »

Ce livre raconte tout d’abord la première année de la transition de Kirstin Kimball entre sa vie de new-yorkaise à celle de fermière  mais aussi l’histoire d’amour qu’elle développe avec son mari, la nourriture qu’elle fait pousser et la ferme.  Ce roman autobiographique m’a tout simplement charmé. L’auteure y raconte les joies mais surtout les difficultés de l’agriculteur avec une franchise et une simplicité déroutante. Dans un monde où l’on est poussé à se sur-spécialiser et  à finalement n’être compétent que dans quelques tâches spécifiques, le livre nous fait part de la versatilité et de la débrouillardise du fermier. Pour quelqu’un qui, comme moi, désirerais passer sa vie sur les bancs d’école pour apprendre sans cesse plus, la ferme est l’emploi idéal. Il y a tant à savoir, tant à découvrir sur une ferme. Kimball étale dans les pages de se livre les multiples maladies, intempéries ou parasites quelle rencontre dans sa première année mais si l’on suit son blogue on réalise qu’après 11 ans d’agriculture elle se retrouve toujours autant prise au dépourvu par de nouvelles situations auxquelles il faut faire face, apprendre, s’adapter.

Ce roman rappelle qu’être fermier c’est avoir le sentiment de posséder un morceau de terrain mais c’est surtout une bataille continuelle contre les forces de la nature pour modeler cet espace à notre goût. Et au-delà de l’image bucolique de la vache dans le pré, l’amour de la ferme naît du goût du travail, de la difficulté, du chaos.